Accueil / Afrique / Angola / Angola: paysages spectaculaires et non contaminée
Paysage entre Lubango et Namibe, Angola. Author Erik Cleves Kristensen. Licensed under the Creative Commons Attribution
Paysage entre Lubango et Namibe, Angola. Author Erik Cleves Kristensen

Angola: paysages spectaculaires et non contaminée

L’Angola (República de Angola/République d’Angola) est une république présidentielle au sud-ouest de l’Afrique. Le pays est une ancienne colonie portugaise (province d’outremer). L’Angola est baignée par l’océan Atlantique à l’ouest et est bordé au nord et au nord-est par la République démocratique du Congo (Kinshasa), au sud-est par la Zambie et au sud par la Namibie.

L’Angola tient Luanda comme capitale. Le pays est divisé en 18 provinces, comprenant également Cabinda, une enclave située entre la République du Congo (Brazzaville) et la République démocratique du Congo (Kinshasa).

Le pays a un littoral le long de l’océan Atlantique pour plus de 1.600 km entre l’embouchure du Zaïre au nord et du Cunene au sud. Trois des villes les plus importantes du pays sont situées le long de la côte atlantique: la capitale Luanda et les villes de Benguela et Lobito.

Carte de l'Angola

Carte de l’Angola

Vers le nord le littoral est caractérisé par des collines douces dans la zone au sud de la capitale et la côte est généralement plate et lisse. Ici se trouvent les estuaires des fleuves Bengo et Kwanza. Dans la zone de Benguela la bande côtière se rétrécit et les montagnes atteignent presque la côte. Au sud de la ville commence la zone dominée par la savane et au-delà de la Serra da Neve commence le semi-désert. A la hauteur de la ville de Namibe et vers le sud, conduisant à la frontière avec la Namibie il y a le vrai désert, formant la partie nord du désert de Namib.

L’intérieur du pays est caractérisée par une bande de hauts plateaux avec une largeur jusqu’à 500 km. Ils sont couverts de savane et dans la province septentrionale de Kwanza-Norte il y a des forêts tropicales. Le plateau de Bié, un plateau accidenté, occupe environ les deux tiers du territoire angolais et a une altitude moyenne de 1.300 mètres.

A l’ouest du plateau de Bié dans la partie centrale du pays il y a des chaînes de montagnes (Serra do Chilengue, Serra do Humba), où se dresse la plus haute montagne d’Angola, le Morro de Moco, qui atteint 2.620 mètres. De ces montagnes naissent les fleuves angolais les plus importants, notamment le Cuanza et le Cunene qui se jettent dans l’océan Atlantique, le Kwango, qui coule vers le nord dans le fleuve Congo et enfin le Kwando et le Kubango, le dernier appelé en l’Angola Okavango). Il est le plus long fleuve d’Angola avec 975 km, atteignant les marais de l’Okavango au nord du Botswana. Dans la région du plateau central est aussi la ville de Huambo (ex-Nouvelle Lisbonne), capitale de la province homonyme et deuxième ville la plus peuplée du pays. Sur le côté est vers l’intérieur de l’Afrique les hautes terres descendent doucement vers le bassin du Zambèze. Ces terres sont caractérisées par de vastes savanes.

Chutes de Calandula (Chutes Duque de Bragança), Malanje, Angola. Author Mario Pinho. Licensed under the Creative Commons Attribution

Chutes de Calandula (Chutes Duque de Bragança), Malanje, Angola. Author Mario Pinho

Après 30 ans de guerre civile l’économie a souffert environ un million de morts et quatre millions de réfugiés. Le pays tente lentement de sortir du gouffre. Il est riche en ressources minières et agricoles. L’économie angolaise est maintenant la plus croissante des économies émergentes en Afrique et l’un des pays se développant d’une manière la plus rapide du monde. L’économie angolaise est basée sur l’extraction du pétrole – occupant le deuxième rang en Afrique après le Nigéria – , de diamants, du minerai de fer, du gaz naturel et du sel. L’agriculture a également des perspectives considérables: On cultive le coton, les bananes, l’huile de palme, la canne à sucre, le café, le tabac, le maïs, le sésame, le ricin, le sisal et le caoutchouc. Il y a également un potentiel de l’élevage (bovins, ovins et caprins), de la pêche et de l’exploitation de bois tropicaux.

Le tourisme est de nos jours encore peu développé. Mais le pays dispose d’importants paysages vierges qui, une fois reconstruite l’infrastructure nécessaire (routes, hôtels, assistance logistique) peuvent certainement rendre le pays attractif pour le tourisme. Importantes attractions naturelles comme les chutes d’eau de Calandula (Quedas do Duque de Bragança) sur la rivière Lucala, un affluent droit du Cuanza, les paysages pittoresques du plateau de Bié, la zone rocheuse de Pungo Andongo et le désert de Namib offre des curiosités pour le touriste.

Texte français corrigé par Dietrich Köster. 

  • Superficie: 1.246.700 km²: terres cultivées 2,8%, prairies et pâturages 43,3%, forêts 18,4%, terres non cultivées et improductives 35,5%
  • Population: 15.900.000 (en 2005): Noirs d’Afrique 97%: Ovimbundu 37%, Kimbundu 25%, Bakongo 13% et additionnellement Mestiços, qui sont des descendants de croisements entre Européens et Africains 2% et Européens 1%.
  • Capitale: Luanda.
  • Langues officielles: La langue officielle est le portugais. Les langues nationales sont l’Umbundu, le Kimbundu, le Kikongo, l’Uchokwe et l’Ukwanyama.
  • Religion: Chrétiens 85%: Catholiques 65%, Protestants 20%; en outre animistes 10%.
  • Monnaie: Kwanza (AOA)
  • Fuseau horaire: UTC+1
banner
Close
Suivez-nous sur Facebook
Restez à jour sur Guide Voyages