Accueil / Asie / Liban / Le Liban: Une petite nation riche en histoire et richesses archéologiques

Le Liban: Une petite nation riche en histoire et richesses archéologiques

Si nous parlons du Liban dans l’imaginaire actuel, les gens se souviennent d’un lieu de guerre et d’instabilité, mais aujourd’hui le pays est une destination tranquille avec de splendides sites archéologiques et une histoire millénaire. La guerre civile, qui a détruit le pays, a duré de 1975 jusqu’à 1990. Aujourd’hui le pays a été reconstruit en grande partie. Même la capitale Beyrouth, qui avait été en grande partie détruite pendant les années de guerre, a maintenant une apparence moderne, un trafic énorme et un style de vie détendu. Le pays continue d’être un important centre bancaire. Il était autrefois connu sous le nom de Suisse du Moyen-Orient.

Il s’agit d’un berceau de l’une des premières civilisations de l’histoire de l’humanité. Le Liban est l’ancienne patrie des Phéniciens, une population de marins et de marchands, qui aux temps anciens dominait la mer Méditerranée. Le pays des Phéniciens était une civilisation marchande, composée de cités-États, dont l’activité principale était le commerce maritime.  L’un des aspects principaux d’un voyage au Liban est l’archéologie. Dans cette petite région se trouvent des villes anciennes, telles que Byblos, Tyr et Sidon et des cités romaines monumentales, telles que la splendide Baalbek, l’ancienne Héliopolis dans la vallée de la Beqa et des châteaux des croisés, comme ceux de Tripoli, Byblos et Sidon et des vestiges archéologiques de la période arabe, tels que ceux visibles dans le magnifique Anjar de la vallée de la Beqa.

TERRE DE CONQUÊTE ENTRE LES PRINCIPAUX IMPÉRIAUX DE L’HISTOIRE

Le pays a toujours été une terre de conquête et il occupait une position stratégique parmi les principaux empires de la région. Les vestiges archéologiques reflètent les dominations du passé égyptien, persan, macédonien, romain, byzantin, arabe, des croisés, des ottomans etc. Une visite au splendide musée national de Beyrouth permet de se faire une idée de la riche histoire de cette petite nation.

Le pays est un mélange de races et de religions et il est le plus diversifié sur le plan religieux du Moyen-Orient. Cet aspect présente un intérêt supplémentaire pour un voyageur. La majorité de la population professent la religion musulmane  par 65% – il y a des chiites, des sunnites et des druzes – , mais il y a une forte minorité chrétienne de 35%. Il y a des catholiques maronites, des orthodoxes grecs, des catholiques melkites, des Arméniens etc. Cette différence des cultures peut être vu dans les modes de vie, les coutumes et la gastronomie.

Du point de vue naturel on trouve dans les montagnes du Liban les derniers spécimens des majestueux cèdres du Liban. Ce sont des arbres millénaires. Un programme spécial tente maintenant de les replanter dans les montagnes du pays. A  l’époque de l’empereur romain Hadrien le problème de la déforestation des montagnes du Liban existait déjà. C’était Hadrien, qui a créé une réserve forestière impériale pour préserver les cèdres du Liban.

Texte français corrigé par Dietrich Köster.

Voir toutes mes photos sur Shutterstock.

La page officielle du ministère du tourisme libanais.

Desserts libanais typiques. Auteur et Copyright Marco Ramerini
Desserts libanais typiques. Auteur et Copyright Marco Ramerini
Le musée national de Beyrouth, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
Le musée national de Beyrouth, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
La forêt des cèdres de Dieu, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
La forêt des cèdres de Dieu, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
L'entrée de Baalbek, vallée de la Bekaa, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
L’entrée de Baalbek, vallée de la Bekaa, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
La marina de Byblos, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
La marina de Byblos, Liban. Auteur et Copyright Marco Ramerini
banner