Accueil / Amérique du Sud / Argentine / San Ignacio Miní: Des ruines spectaculaires d’une mission jésuite guaraní
San Ignacio Miní, Misiones, Argentine. Author and Copyright Marco Ramerini
San Ignacio Miní, Misiones, Argentine. Author Marco Ramerini

San Ignacio Miní: Des ruines spectaculaires d’une mission jésuite guaraní

San Ignacio Mini est l’une des nombreuses missions fondées par les jésuites en Amérique du Sud au XVIIe siècle. Ils ont fondé environ 30 missions sur le territoire frontalier entre les nations de l’Argentine, du Paraguay et du Brésil d’aujourd’hui.

De nombreuses ruines des anciens missions jésuites se trouvent dans l’Etat argentin de Misiones. Parmi elles on peut citer Candelaria, Loreto, Santa Ana, Santa María et San Ignacio Mini, ce qui est la mieux conservée de toutes. Ce sont les détails artistiques et sculpturales, qui en font le symbole du style baroque guaraní.

Le bâtiment principal de la mission est son église monumentale, conçue par le jésuite italien Giuseppe (José) Brasanelli. L’église mesure 74 mètres de long et 24 mètres de large et a des murs de grès rouge d’une épaisseur de 2 mètres et des carreaux de sol en céramique.

San Ignacio Miní, Misiones, Argentine. Author and Copyright Marco Ramerini.

San Ignacio Miní, Misiones, Argentine. Author Marco Ramerini.

Sur la place principale de la mission, décorée comme le reste de la colonie par des artistes guaraní, existent outre l’église les bâtiments de la cuisine, la salle à manger, l’école, le quartier des jésuites avec le cimetière et plus de 200 maisons des indiens guarani.

A l’apogée de l’évolution de la mission en 1732 la population, qui vivait à San Ignacio Miní, comprenait 4.000 personnes.

Les ruines de San Ignacio abrite aujourd’hui un musée intéressant sur ​​l’histoire de la mission et les indiens guarani: Le Museo Jesuítico de San Ignacio Miní.

En 1984 San Ignacio Mini, ainsi que d’autres missions comme Santa Ana, Nuestra Señora de Loreto et Santa Maria Mayor en Argentine et les ruines de São Miguel das Missões au Brésil ont été incluses dans la liste des lieux du patrimoine mondial de l’humanité par l’ONUESC.

Depuis la défaite, que les milices des missionnaires, infligées aux bandeirantes paulistes à Mbororé sur le flueve Uruguay en mars 1641, les reducciones jésuites ont eu une croissance régulière et d’expansion, qui a duré jusqu’en 1732, quand la population des 30 missions existantes a atteint le chiffre remarquable de 141.182 habitants. Mais en 1740 – huit ans plus tard seulement – la population avait diminué à 73.910 habitants en raison d’épidémies.

Texte français corrigé par Dietrich Köster. 

banner
Close
GDPR
Les lois de l'UE exigent que nous demandions votre consentement à l'utilisation de cookies. Nous utilisons des cookies pour nous assurer que notre site fonctionne correctement. Certains de nos partenaires publicitaires collectent également des données et utilisent des cookies pour publier des annonces personnalisées.




Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE: